Les Polognes

dimanche 27 janvier 2008
par  webmaster
popularité : 48%

Lieu-dit qui apparaît dans le cadastre de 1810, mais pas dans les plans du XVIIe et du XVIIIe siècle.

Les Polognes

On n’en trouve aucune trace dans les dictionnaires toponymiques les plus anciens mais peut-être faut-il le mettre en relation avec ce pays qui connut dans son histoire sept partages :
la Pologne que l’on avait fini par appeler les Polognes. Le dernier partage, qui eut lieu avant 1810, fut celui de 1795, entre la Russie, l’Autriche et la Prusse. Celles-ci avaient reçu la plus grande partie du territoire polonais. L’État polonais était rayé de la carte de l’Europe mais le peuple polonais demeurait et, encouragé par les succès de la Révolution française, il aspirait toujours, en ce début du XIXe siècle, à la liberté. En 1807, Napoléon reprend au royaume de Prusse ses terres polonaises et crée le Grand duché de Varsovie dont il fait un allié fidèle.

Alors, on peut s’interroger sur ce qui a poussé les habitants de Valenton à identifier la Pologne à travers le versant sud-ouest du Paillis. Faut-il mettre ce fait en rapport, avec la politique de l’Empereur Napoléon. Rien ne l’atteste, mais c’est une hypothèse, car c’est à partir de l’époque napoléonienne que ce toponyme se révèle dans les sources. On sait que la Pologne était désignée dans l’ancien français, sous le nom de Polaine,
ce qui nous amène à penser que l’origine polonaise de ce lieu-dit ne serait alors pas très ancienne. L’origine du mot est lié à une tribu slave, installée dans la région au cours du premier millénaire, les Polanes, soit littéralement « le peuple des champs ».

D’anciennes cartes postales nous montrent bien qu’avant la construction de la cité HLM sise Villa des Polognes, se trouvaient de vastes champs. Ceux-ci semblaient constituer un grand domaine comparable à ces villas de l’époque romaine dont l’existence se perpétua aux époques mérovingiennes et carolingiennes.

Les Polognes

Cette photographie a été prise dans les années 60 avant la construction des Polognes. A la place de l’actuelle cité se trouvaient des champs ; au loin, on distingue la cité du Paillis et la résidence Saint Hubert.


Navigation

Articles de la rubrique

  • Les Polognes

Brèves

4 mars 2008 - Brève d’hier : Surveillance des raisins (sept 1846)

Délibération pour la nomination de quatre gardes de nuit pour la conservation des (...)