Henri Lecat (1911 - 1918)

jeudi 3 mai 2012
par  Bruno
popularité : 93%

Alphonse Charles Henri Lecat nait le 1er août 1857 à Cormeilles (Oise), il est le fils de Valère Alphonse Lecat, écrivain et de Euphrasie Lefebvre, ménagère.

Veuf de Sophie Vittoz il s’est marié en secondes noces à Paris dans le 7e arrondissement, le 12 juillet 1899, avec Adèle Maria Leroy-Cartier. Celle-ci fille de Pierre Paul Leroy avait été adoptée le 8 mai 1876 par Jean Germain Fabien Cartier. Elle transmit ce dernier nom à son époux qui dans de nombreux actes et documents est désigné sous le nom composé deLecat-Cartier. En 1895, elle avait hérité de son père adoptif une propriété à Valenton qui correspond à l’actuel « château de Valenton ». Cette demeure devait leur servir de maison de campagne.

Henri Lecat était relieur d’art, expert comptable, directeur gérant d’une revue mensuelle L’Art du Cuir. A l’occasion de l’exposition internationale de l’Art du Cuir qui eut lieu en novembre 1901, il est précisé dans le Bulletin du bibliophile et du bibliothécaire (1901) que l’exposition était ouverte aux productions des artistes français et étrangers qui pouvaient faire parvenir leur adhésion avant le 1er septembre, 35-37, rue Bonaparte là où était domicilié Henri Lecat-Cartier.

Nommé chevalier de la Légion d’honneur le 11 décembre 1900, il fut chargé en 1901 et en 1902 de missions en Indochine et en Extrême Orient. Sur le rapport du ministre des colonies il fut promu officier de la Légion d’honneur [1]..

De 1905 à 1910, il fut administrateur de différentes sociétés industrielles, mines d’or, charbon etc... Sa résidence principale était alors située à Paris 6 rue Thénard.

Il fut élu, en novembre 1905 et en décembre 1911, conseiller du commerce extérieur [2].

Sa seconde épouse décéda le 12 mars 1917, et le 2 août 1918 il vendit la propriété de Valenton dont il avait hérité de son épouse à Monsieur Godehaux pour l’usufruit et à Madame Pastaut, rentière, pour la propriété. Il quitta Valenton et démissionna de sa fonction de maire le 26 octobre 1918.


[1Il existe trois grades dans la Légion d’honneur chevalier, officier et commandeur ‐ et deux dignités, grand officier et grand’croix

[2(cf Bulletins de la chambre de commerce de Paris du 18 novembre 1905, (p. 1304 ) et du 28 janvier 1911 (p. 66)


Navigation

Articles de la rubrique

  • Henri Lecat (1911 - 1918)

Brèves

4 mars 2008 - Brève d’hier : Surveillance des raisins (sept 1846)

Délibération pour la nomination de quatre gardes de nuit pour la conservation des (...)