Théodule Jourdain (1944-1947)

jeudi 7 mars 2013
par  webmaster
popularité : 48%

Né le 17 mai 1889 à Valenton (Seine-et-Oise, Val-de-Marne), mort le 10 février 1981 à Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne) ; commerçant mercier ; président du Comité local de Libération ; militant socialiste puis sympathisant communiste ; maire de Valenton (1944-1947).

JPEG - 5.2 ko
Théodule Jourdain

Issu d’une famille républicaine de libres penseurs installée à Valenton en 1862, Théodule Jourdain était petit-fils d’un forgeron qui créa, en 1863, une boutique de mercerie, bonneterie et de vêtements de travail. Son grand-père, Louis (1829-1900) et son père, Clément (1855-1914) furent conseillers municipaux de Valenton, une petite commune de la banlieue sud-est, rurale et ouvrière. Aux obsèques de Clément Jourdain, la Libre pensée de Limeil-Brévannes prononça un éloge funèbre en déclarant qu’il avait fondé le groupe local « Liberté ». Théodule avait deux sœurs et deux frères, l’un (Désiré) tué au front en août 1914, l’autre (Camille) fait prisonnier. Lui-même, en raison de ses problèmes de santé bénéficia d’une mobilisation à l’arrière, à Pont-de-Claix (Isère).

Théodule Jourdain milita quelque temps au Parti socialiste avant le congrès de Tours (décembre 1920). Il se maria religieusement le 11 août 1924 à Ivry-sur-Seine (Seine, Val-de-Marne), avec Marguerite Gobert, très croyante. Lui étant anticlérical de tradition familiale, leur fils unique, Jacques, baptisé, ne fit pas la communion.

Nommé par le sous-préfet « répartiteur titulaire » de l’impôt de 1930 à 1935, Théodule Jourdain avait repris la boutique familiale dans la Grande rue de Valenton (confection, chaussures, lingerie, chapeaux, habits de travail, etc.). Il fut éditeur de cartes postales locales. Sous la municipalité Vincent Bureau, il anima le patronage laïque.

À la Libération, en liaison avec le résistant André Bich, il appartint à la section administrative du détachement des FFI de Valenton. Il fut le président du Comité local de Libération mis en place le 26 août 1944 et à la suite, du conseil municipal provisoire.

Le Comité local de la libération désigné par les Forces Françaises de l’Intérieur et les groupes de résistance et présidé par Théodule Jourdain avait pris possession de la mairie de Valenton le samedi 26 août 1944 à 16 heures. Dans les jours qui suivirent, un conseil municipal provisoire fut constitué. Il était composé d’anciens conseillers municipaux en place en 1940, des membres du Comité Local de la libération, un prisonnier libéré, un représentant du mouvement syndical et de trois membres de la délégation spéciale.

C’est Théodule Jourdain qui fut désigné comme maire de la commune.
La première décision prise par ce nouveau conseil municipal fut de s’attaquer au marché noir. Mais très rapidement, il fallut faire face à de nombreux problèmes : venir en aide aux victimes des bombardements, obtenir du charbon pour les familles...

Les Français libérés avaient recouvré leur droit de vote, les femmes pour la première fois dans l’histoire du suffrage universel étaient électrices et éligibles.

Il conserva la première magistrature municipale aux élections du 29 avril 1945 avec le soutien du Parti communiste, jusqu’en 1947. C’est en effet la Liste d’Unité Française Républicaine et Antifasciste qui fut élue avec à sa tête Théodule Jourdain. Elle comprenait quatre femmes sur quinze conseillers.

Sans perdre de temps, la nouvelle municipalité chercha à régler une question primordiale : le ravitaillement de la ville. A l’issue de la première séance, Théodule Jourdain invita pour le dimanche suivant tous les élus à visiter les bâtiments et biens communaux mais aussi à se rendre quand ils le voudront "à la cantine scolaire pour vérification du bien-être des enfants, de leur suffisance alimentaire et de leur propreté".

Il n’était pas membre du Parti communiste, mais sympathisant et lecteur de l’Humanité. Au scrutin d’octobre 1947, il obtint le plus grand nombre de suffrages exprimés et fut élu conseiller municipal.

La militante communiste Fernande Flagon lui succéda au fauteuil de maire. Il prit mal ce remplacement mais accepta, en novembre 1947, de représenter Fernande Flagon au 32e congrès des maires de France. Il quitta la municipalité en 1953 et fut président de l’Alerte ouvrière, groupe musical local.

En janvier 1971, lors du 25e anniversaire de la municipalité « à gestion ouvrière », il reçut, des mains du maire Julien Duranton, la médaille de la ville en qualité d’ancien maire.

Il tint son commerce jusqu’en 1973 ; toujours valentonais, il mourut à l’hôpital de Villeneuve-Saint-Georges le 10 février 1981 et fut enterré au cimetière de Valenton.

Yvan Ramel, premier secrétaire de la section communiste de Valenton, salua sa mémoire dans la presse en le présentant comme « maire communiste ». S’il restait lecteur de l’Humanité, il ne fut jamais membre du Parti communiste.

Son fils fut dessinateur chez Alkan à Valenton.

SOURCES : Annie Pennetier, Dictionnaire du mouvement ouvrier, Le Maitron en ligne


Navigation

Articles de la rubrique

  • Théodule Jourdain (1944-1947)

Brèves

4 mars 2008 - Brève d’hier : Surveillance des raisins (sept 1846)

Délibération pour la nomination de quatre gardes de nuit pour la conservation des (...)