La Plage Bleue

dimanche 27 janvier 2008
par  webmaster
popularité : 49%

La plage bleue trouve son origine avant la guerre de 39-45. La plage bleue est née carrière. Dès le départ, sa fonction a eu une valeur d’intérêt général avec l’extraction de matières premières de qualité, sables, gravillons, sablon. Elle joua un rôle important pour Valenton et la région sous différentes formes.

S’y trouvait un plan d’eau qui devînt un lieu de rencontre pour les jeunes de Valenton et des villes limitrophes, Limeil et Villeneuve-Saint-Georges, qui s’y retrouvaient pour la baignade. C’était pour les pêcheurs et leurs familles un lieu de pique-nique le dimanche. Des aménagements rudimentaires avaient été installés, par exemple : plongeoir, tremplin, plate-forme avec les vestiges de rails de wagonnet de l’ancienne carrière. On l’appelait à l’époque la mare bleue. C’est ainsi que naquit cette zone de loisirs, dont les propriétaires comprirent quels pouvaient en être la vocation et l’intérêt en réalisant, dans les années 1960, des aménagements importants auxquels ils donnèrent le nom de « Plage Bleue ».

L’été, celle-ci rassemblait plusieurs centaines de personnes. Les parisiens et les parisiennes la connaissaient bien puisque, depuis la Bastille, des moyens de transports avaient été affectés spécialement pour « la plage bleue ». Cela dura jusqu’en 1976, période qui connut la fermeture du plan d’eau.

Les élus municipaux de Valenton qui, depuis longtemps, cherchaient à faire de l’ensemble du site un lieu de loisirs pour les Valentonnais, n’avaient pas été les seuls à en mesurer l’intérêt. En effet, compte tenu de sa position par rapport à Paris, l’emplacement était convoité par des aménageurs mais les élus, par leur vigilance, firent tout pour sauvegarder l’intérêt général. L’idée était de matérialiser « ce vieux rêve » : un environnement de qualité, des loisirs pour tous.

Des contacts furent pris avec le propriétaire mais aussi avec un sablier ;
un accord fut signé : il permettait à la commune d’acquérir les terrains dans des conditions particulièrement intéressantes. Mais, la commune ne pouvait à elle seule envisager des travaux d’aménagement aussi importants. Un autre partenaire était indispensable. La politique du Conseil général du Val-de-Marne dans le domaine de l’environnement et des loisirs allait dans le même sens que la politique municipale ; aussi, des contacts furent pris avec le Président du Conseil général, Michel Germa. Les rapports entre les élus municipaux et départementaux aboutirent à la réalisation d’un parc de loisirs dont la fréquentation dépasse largement les frontières de la commune et du département.


Navigation

Articles de la rubrique

  • La Plage Bleue

Brèves

4 mars 2008 - Brève d’hier : Surveillance des raisins (sept 1846)

Délibération pour la nomination de quatre gardes de nuit pour la conservation des (...)