8 octobre 1861 : délibération pour le financement des réparations de la toiture de l’église

samedi 24 mai 2008
par  Bruno
popularité : 45%

Le conseil municipal vote en urgence le financement de travaux de l’église sans présenter un procès-verbal d’adjudication. Raisons : les fidèles sont en danger.

Délibération

L’an mil huit cent soixante un, le huit octobre.

Le conseil municipal de la commune de Valenton s’est réuni extraordinairement en vertu de l’autorisation de Monsieur le Sous-préfet de l’arrondissement de Corbeil en date du quatre de ce mois dans le lieu habituel de ses séances à la Mairie où étaient présents Messieurs Toussaint adjoint, Guérin, Damville, Charpentier, Ferrière fils, Baticle, Vallois, Tricard et Grim Maire.

La séance ouverte, Monsieur le Maire expose le but de la réunion et de solliciter auprès de Monsieur le Préfet du département de Seine et Oise, l’autorisation de payer les travaux exécutés à l’église sans produire à l’approbation la dépense, un procès verbal d’adjudication de marchés.

Il rappelle que lorsqu’en 1859, il a voulu faire réparer la toiture de l’église jusqu’à concurrence des crédits qui existaient au budget, il a fait monter les ouvriers sur l’édifice qu’après la découverture du bâtiment, on s’aperçoit que les poutres et les chevrons étaient pourris, et dans un tel état de vétusté qu’il était impossible de s’en servir ; la pluie avait pénétré dans les murs et les avait dégradés au point que leur réparation immédiate était indispensable, le clocher menaçait de suivre.

L’église découverte, l’on ne pouvait s’empêcher de poursuivre les réparations de tout l’édifice sans attendre même un seul jour qui aurait mis en péril la vie des fidèles. Il fut donc décidé, et le conseil municipal fut de cet avis, que l’on continuerait les travaux et que les réparations indispensables seraient exécutées. Malheureusement la dépense est montée plus haut qu’on l’avait cru ; elle s’est élevée à la somme de .... et aucune des formalités voulues par la loi et les instructions n’ont été pu être suivies parce que l’on était pressé par la nature des réparations et par l’urgence même des travaux.

Le Conseil municipal reconnaissant l’exactitude de l’exposé, Monsieur le Maire prie Monsieur le Préfet de Seine et Oise de vouloir bien accorder à la commune et par une exception dont il lui sera profondément reconnaissant, l’autorisation de payer les travaux exécutés à l’église sans être obligé de produire à l’appui de cette dépense, un devis et un procès verbal d’adjudication.

Et le dit jour continue la séance ouverte, Monsieur le Maire expose que le but de la réunion a pour objet de voter l’emploi en recettes et en dépenses de la somme de deux mille francs, montant du secours accordé par Monsieur le Ministre des cultes pour les travaux de l’église.

Le conseil municipal après avoir délibéré, vote l’emploi en recettes et en dépenses aux chapitres additionnels de deux mille francs provenant du secours accordé à la commune pour les travaux de l’église, par Monsieur le Ministre de l’Instruction Publique et des cultes.

Fait et délibéré en séance les jour, mois et an que dessus.


Brèves

4 mars 2008 - Brève d’hier : Surveillance des raisins (sept 1846)

Délibération pour la nomination de quatre gardes de nuit pour la conservation des (...)