3 novembre 1844 : suppression de l’envoi des brioches et interdiction de la mendicité

mardi 10 juin 2008
par  Martine
popularité : 57%

"Il était d’usage, anciennement, que les propriétaires de maisons de campagne s’envoyassent réciproquement des brioches lorsqu’ils rendaient le pain béni à l’église. Il a été proposé de supprimer cet envoi et de le remplacer par une cotisation annuelle avec destination pour moitié aux embellissements et besoins de l’église, et l’autre moitié au soulagement des pauvres. En 1843, le produit de cette cotisation s’est élevé à cent cinquante francs : soixante quinze francs ont été distribués par Monsieur le curé aux indigents en leur fournissant chemises, sabots et autres articles."

Le maire donne ensuite lecture d’un arrêté de monsieur le Préfet indiquant que "la mendicité sera interdite dans tout le département de Seine et Oise" que les mendiants "seront dirigés sur le dépôt de mendicité de Beaugency dans le Loiret [1] ". Le préfet propose également "d’arrêter les enfants de douze ans et au dessous quand ils seront orphelins ou abandonnés et de les diriger dans les offices de Versailles, Pontoise et Etampes", ceux de douze à seize ans resteront sous la tutelle des commissions administratives des hospices et sous la direction des bureaux charitables pour être placés chez des cultivateurs ou manufacturiers".

Le conseil municipal approuve dans son ensemble les mesures proposés par Monsieur le Préfet


[1Etablissement où l’on plaçait les personnes arrêtés pour mendicité. La création d’un dépôt de mendicité à Beaugency avait été décidé en novembre 1839 et l’inauguration avait eu lieu le 2 mai 1840


Brèves

4 mars 2008 - Brève d’hier : Surveillance des raisins (sept 1846)

Délibération pour la nomination de quatre gardes de nuit pour la conservation des (...)