Valenton sous l’Ancien Régime


Articles publiés dans cette rubrique

jeudi 29 décembre 2011
par  Martine

Une jeune fille séduite, un enfant sans père (1780)

Un édit de Henri II de février 1556, repris en 1585 et en 1708, ordonna aux filles non mariées et aux veuves qui attendaient un enfant de déclarer leur grossesse sous peine de mort, ceci afin d’éviter les infanticides. Mais l’édit ne précisait pas où devait être faite cette déclaration.
À Paris, les déclarations se sont faites devant les commissaires au Châtelet ; dans le reste du royaume, elles le furent en général au greffe ou devant un juge. On y trouve l’identité de la mère et, le cas échéant, celle du père et les circonstances.
A Valenton on peut trouver dans les registres paroissiaux une telle déclaration. Celle-ci a été faite en 1780 devant le prévôt et juge de la prévôté et châtellenie de Valenton. Elle concerne Marie Anne Rivière et Marc Marchais compagnon charpentier.
Un enfant est né le 24 février 1781, sous le nom de sa mère. A sa naissance son parrain est Clément Marchais le frère de son père, ce qui montre que la jeune fille n’a pas été complètement abandonnée même si le père de l’enfant ne l’a pas épousée.

vendredi 7 mars 2008
par  Martine

14 janvier 1761 : Bail à Ferme

Ce document montre la part de revenu que le bailleur qui est ici un conseiller au parlement de Paris, propriétaire à Valenton, retient sur ses preneurs, un laboureur et sa femme. Cette part est fournie en nature, en argent et en travail. Le travail consiste en labourage, transport, fauchage (...)

Brèves

3 avril 1925 - Brève d’hier : Arrêté pour interdire les clôtures en fil de fer barbelé (3 avril 1925)

Considérant que les clôtures artificielles en fil de fer barbelé sont dangereuses le long des (...)

1846 - Brève d’hier : Surveillance des raisins (sept 1846)

Délibération pour la nomination de quatre gardes de nuit pour la conservation des (...)

1845 - Brève d’hier : 21 septembre 1845, Arrêté de Police concernant la propreté des rues

"défendons aux habitants de rien jeter par leurs fenêtres sur la voie publique et enjoignons au (...)